Dr Florence HANCZYK Homéopathe Uniciste Primum non nocere (En premier ne pas nuire)
Dr Florence HANCZYK Homéopathe Uniciste Primum non nocere (En premier ne pas nuire)  

INDEX GLYCEMIQUE 

Les glucides sont indispensables à notre fonctionnement : le glucose est le carburant qui permet à notre cerveau de fonctionner (êtes-vous au top de vos capacités mentales lorsque vous avez faim ? ), et c'est une partie de ce qui constitue nos réserves d'énergie pour les muscles. 

 

Mais tous les glucides ne sont pas égaux. L'Index Glycémique (IG), permet d'évaluer la rapidité et l'intensité avec laquelle le taux de sucre  va monter dans le sang (glycémie). 100 g de glucose correspond à un IG 100. Un IG bas (55 ou moins) signifie que le sucre sera digéré, absorbé et métabolisé (transformé, utilisé) plus lentement, et que la glycémie  augmentera doucement, sans à-coups. Cela évite également les pics d'insuline, l'hormone qui fait entrer le sucre dans les cellules, et abaisse ainsi la glycémie (le sucre quitte le sang pour entrer dans les cellules). Les excès d'insuline répétés et prolongés provoquent à terme une résistance à l'insuline : les cellules deviennent sourdent à l'insuline, qui se révèle inefficace pour faire transiter le sucre en intra-cellulaire. La glycémie reste élevée, ce qui provoque la production de plus d'insuline, avec risque d'épuisement du pancréas, la glande qui produit cette hormone. Lorsque le pancréas ne produit plus assez d'insuline, s'installe le diabète : il faut avoir recours à des injections d'insuline pour réguler sa glycémie. 

Le schéma ci-dessus vous montre qu'un IG élevé (high GI) provoque un pic de glycémie (blood glucose levels), alors qu'un IG faible (low GI) augmente la glycémie moins fort et moins vite. Ce qui veut dire que dans le premier cas vous ressentez un "shoot" d'énergie, suivi de faiblesse : vous voyez que la courbe rouge tombe plus bas que le point de départ. Cette hypoglycémie vous pousse à reconsommer un aliment à IG élevé, pour vous "redonner de l'énergie". C'est le cercle vicieux, toujours plus. 

Alors que dans le cas de l'IG faible, la glycémie reste correcte plus longtemps, et la courbe orange revient à son point de départ et pas plus bas, vous avez juste faim, normalement, sans panique ni pulsion. 

LA CHARGE GLYCEMIQUE (CG)

L'IG compare par exemple 50 g de sucre-glucose, à 50 g de sucre tiré d'un aliment. Cependant méfiance : un aliment comme la pastèque qui contient peu de sucre peut avoir un IG élevé, qui n'augmenterait la glycémie que si l'on en consommait en quantité. 

 

Ce fruit ne contenant que 7 g de glucides pour 100 g de fruit, il faudra en manger de grandes quantités pour faire monter notre glycémie. 

 

CG = [IG x quantité de glucides d’une portion d’aliment (en g)]/100

IG de la pastèque : IG 75.

CG de la pastèque = (75 x 7) / 100 = 5,25

 

Ceci illustre bien la nécessité de prendre en compte IG et CG, ce que vous pouvez faire aisément en consultant des tableaux comme celui-ci

Comment nous joindre

Dr Florence HANCZYK


17, rue Alfred Roll

75017 Paris

Téléphone :09 67 25 09 31

Prendre rendez-vous en ligne

Actualités

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Homéopathie, homeopathie, homeopathy, homéopathie paris, homeopathie paris, homeopathy paris, homéopathie uniciste, homéopathie classique, troubles du sommeil, eczéma, allergie, rhinite allergique, acné, psoriasis, verrues, rhumatismes, douleurs articulaires, arthrite, polyarthrite, fibromyalgie, migraine, reflux, gastrite, brûlures estomac, douleurs estomac, constipation, colon irritable, sinusite, angines à répétition, asthme, dépression, anxiété, insomnies, troubles des règles, règles douloureuses, ménopause, bouffées de chaleur, infertilité, nausées de la grossesse, allaitement